Accueil --> Français --> Qui sommes-nous

 

 

Description générale

Ce projet consiste principalement à donner une voie d’échange aux initiatives qui sont développées au niveau local à travers les Amériques. Johanne Pelletier et Francis Murchison ainsi que toute une équipe de bénévoles ont créé ce site internet pour permettre de publier des textes suite à des rencontres avec des groupes de base et ce, dans les quatre langues les plus parlées du continent. Le projet vise à faire un rapprochement avec la signature de l’éventuelle Zone de Libre-Échange des Amériques en valorisant les actions de prise en charge par la société civile. Ceci veut promouvoir un plus grand pouvoir local et favoriser des points de vue alternatifs au paradigme dominant de développement. Cette aventure qui s’étalera sur une période d’environ un an et demi se fera à vélo, principalement en suivant la route Panaméricaine.


Sur la route des Amériques


Face à un déficit démocratique dans la foulée de la création de la Zone de Libre-Échange des Amériques (ZLÉA) et en réponse à une situation critique face à la concentration des médias et de la presse, nous croyons qu’il est intéressant d’apporter notre grain de sel pour faire connaître des alternatives locales face au développement actuel. Nous désirons montrer qu’il existe une autre réalité dans les Amériques que celle présentée dans les médias que l’on nomme de masse dont les propos sont souvent très orientés et à tendance sensationnaliste. Ces médias négligent les enjeux qui touchent une majeur partie de la population dans les Amériques.

Voilà pourquoi nous désirons diffuser la parole des gens du continent qui agissent pour modifier leur situation et qui ont le désir de vivre sous des valeurs différentes de celles qui prévalent actuellement. Beaucoup de réseaux sont bâtis entre des groupes de femmes, de travailleurs, d’autochtones, d’autres organisations s’activent au niveau social et environnemental dans tous les pays du continent. Ce sont ces groupes que nous rencontrons. Des groupes qui développent des moyens originaux pour contourner un système d'exploitation dans leur pays ou encore qui résistent face à une exploitation des ressources desquelles ils dépendent. Ce projet utilise donc la ZLÉA comme toile de fond et vise à faire connaître la vie et l’espoir qui alimentent ces gens au quotidien.

Le site internet vise à diffuser dans les quatre langues les plus parlées du continent des articles sur des groupes qui agissent au niveau local. Ces groupes qui ont été préalablement contactés nous accueillent et partagent avec nous leurs expériences par le biais d'entrevues que nous réalisons lors de notre passage en vélo dans les différentes villes et villages du continent. Nous encourageons aussi ces groupes à publierleurs propres articles, des histoires, des poèmes ou des chansons sur le site que nous traduisons à leur demande.

Ce site internet est l’outil principal qui permet de diffuser de l’information à propos des organisations contactées. Celui-ci contient des articles de description des groupes rencontrés, des articles de fond sur les alternatives qui sont proposés par ceux-ci, ainsi que les contacts pour rejoindre ces associations. Ceci est utile pour que s’établissent des contacts entre les différents groupes afin qu’ils partagent leur savoir-faire, leurs idées et leurs moyens de se faire entendre et de développer des alternatives. Le site est évidemment accessible au grand public, lui donnant la chance de découvrir des mouvements qui pourraient inspirer leur propre action chez eux et stimuler l'entraide. Un des objectifs centraux est de fournir une voix à ces gens et à ces groupes pour briser l'isolement et informer sur ce qu'ils vivent et les actions qu'ils entreprennent.


Un peu plus sur nous

Francis Murchison est étudiant en linguistique à l’Université Concordia depuis deux ans. Il a travaillé comme bénévole pendant plus de quatre ans auprès d’organisations de soutien communautaire en Suisse, en Espagne et maintenant à Montréal.

Johanne Pelletier est graduée en biologie à l’Université du Québec à Montréal (UQÀM). Elle a réalisé un documentaire vidéo sur les impacts de l’aquaculture de crevette au Vietnam avec deux autres étudiantes. Elle s’implique au niveau social (GRIP-UQÀM) et environnemental (GAPE-Groupe d’Action pour la Protection de l’Environnement) depuis environ deux ans.


Tous deux, nous trouvons important de s’impliquer dans notre communauté et de pouvoir contribuer à diffuser de l’information de qualité sur des enjeux sociaux et environnementaux. Nous sommes très enthousiastes de pouvoir rencontrer les gens qui sont, d’après nous, les plus passionnants d’Amérique, à cause de leur implication à changer les choses dans leur communauté.

Nous partageons aussi une passion commune pour le vélo, le moyen de transport écologique par excellence pour entreprendre un voyage qui nous fera partager la vie des gens. Le vélo permet de découvrir le monde selon un rythme plus lent et nous fait parcourir des routes et des lieux peu connus. C'est ce qui animent notre engouement pour accomplir la route panaméricaine à bicyclette, en plus qu'il s'agisse d'un défi sportif exaltant que nous désirons réaliser depuis longtemps.

 

La meilleure équipe pour nous aider

Plusieurs personnes nous apportent une aide indispensable à la réalisation de ce projet. Nous tenons à souligner leur soutien et à remercier chaleureusement chacun d'entre eux. Voici donc les bénévoles qui participent activement et de façon continue à IPACS:

Webmaster:
Mathieu Massicotte

Correction des textes en espagnol :
Anali Camargo Quintos
Jean-Philippe Lambert
Elena Murchison
Laurel Currie

Traduction des textes en portuguais :
Danielle Celentano;

Correction des textes en français :
Fanie Mousseau;

Correction des textes en anglais :
Anne Greer

Nous voulons aussi remercier tous ceux qui nous ont apporté une aide ponctuelle et qui ont mobilisé leur savoir-faire à la réalisation du projet. Merci aussi à tous ceux qui s'impliquent à garder le site actif.